Un centre de formation pour défenseurs de la liberté religieuse

Des dirigeants d’église, des représentants des Nations Unies, des universitaires et des étudiants ont célébré l’ouverture le 4 février dernier du Centre International pour la Liberté Religieuse et les Affaires Publiques sur le Campus Adventiste à Collonges-sous-Salève en France.

L’université, située à une courte distance de la frontière franco-suisse et de la ville de Genève a eu au fil des années de nombreuses connections avec des sommités de la liberté religieuse. Parmi eux, l’étudiant séminariste Jean Weidner, honoré pour ses efforts pendant la 2ème Guerre Mondiale où il a aidé plus de 1000 Juifs, des Alliés et des membres de la résistance à s’échapper des territoires occupés par les nazis pour se rendre dans des zones sûres ; il y a eu aussi Jean Nussbaum, fondateur de l’Association Internationale pour la Défense de la Liberté Religieuse et pionnier de l’action Adventiste aux Nations Unies.

Le centre se trouve au dessus de la Bibliothèque Alfred Vaucher à l’université, il travaillera étroitement avec les étudiants de la Faculté de Théologie et de l’Ecole de langue Française. Le centre encouragera également la recherche, produira des publications et organisera des programmes. Sa proximité avec Genève qui héberge le sièges de nombreuses et diverses organisations internationales, offre aussi des opportunités de mise en réseau et de formation pratique pour les étudiants.

L’Ambassadeur Ibrahim Salama, directeur de la Division des Traités Relatifs aux Droits de l’Homme au Bureau du Haut Commissariat pour les Droits de l’Homme aux Nations Unies
A Genève, a parlé lors de l’ouverture, et a félicité l’université pour le fait qu’elle continue de donner la priorité à l’éducation sur la liberté religieuse et les droits de l’homme. Ibrahim Salama a déclaré que les organisations religieuses ont une importante responsabilité, globalement, dans la défense et la promotion des droits fondamentaux de l’homme. Ahmed Shaheed, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de croyance, a également envoyé un message vidéo spécial pour commémorer l’ouverture du nouveau centre.

Ganoune Diop, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse (PARL) pour l’Eglise Adventiste mondiale, a fait l’intervention principale, exprimant son espoir que le centre promeuve une compréhension holistique de la liberté religieuse.

« Il est important de reconnaître la liberté religieuse comme étant une ‘liberté composée,’ » a expliqué Ganoune Diop. « La liberté religieuse présuppose de nombreuses autres libertés : la liberté de pensée, la liberté de conscience, la liberté d’expression, la liberté de s’assembler, et la liberté de choisir ou de changer sa religion, sa philosophie ou sa croyance. »

« Tous les droits de l’homme sont interdépendants et indivisibles, » a ajouté Ganoune Diop, « et la liberté religieuse est fondamentale, soutenant toutes les autres libertés. »

John Graz, ancien directeur de PARL pour l’Eglise Adventiste mondiale, a joué un rôle clé dans la formation du nouveau centre et assumera la responsabilité de son fonctionnement au quotidien. Il a parlé de son rêve personnel qui est que le centre aide à former une nouvelle génération d’artisans de paix Adventistes.

« Il est vital d’avoir à la fois le dialogue interreligieux et le dialogue avec les autorités séculières, » a dit John Graz. « C’est à travers la communication que nous pouvons tous les deux partager ce qui nous rend distincts en tant qu’Adventistes, et aussi trouver des valeurs et des objectifs communs. »

Traduction: Patrick Luciathe

Exprimez vous !

*