Ecole Du Sabbat : Bulletin Missionnaire du sabbat 26 mai 2018

Nous sommes heureux de mettre à votre disposition le bulletin missionnaire en vidéo du sabbat 26 mai 2018. Nous vous rappelons cependant que les vidéos ne sont pas identiques aux sujets que vous avez dans le magazine (en papier) habituel. Cependant, les vidéos présentent des reportages qui sont en rapport avec la Division retenue pour l’offrande du 13ème sabbat. Ce trimestre l’offrande concerne la Division Interaméricaine.

Les vidéos sont disponibles chaque mercredi après-midi. 

1) Si votre section locale possède une connexion internet, vous pouvez utiliser la version youtube directement

2) Si votre section locale n’a pas de connexion internet, nous vous invitons à télécharger chez vous, à l’avance, le bulletin missionnaire.

ATTENTION ! Le fichier a une durée de validité

Image de prévisualisation YouTube

Pour télécharger le bulletin missionnaire du sabbat 26 mai 2018 : Cliquez ici

**************************************************************

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

VIDÉOS DU PREMIER TRIMESTRE 2018

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Bulletin Missionnaire du sabbat 13 janvier

Image de prévisualisation YouTube

Bulletin Missionnaire du sabbat 06 janvier 2018

Image de prévisualisation YouTube

EDS : 2T 2018 – Préparation pour la fin des temps : Leçon 08

Pour télécharger le manuel de l’EDS adultes du 2ème trimestre 2018 cliquez ici ou sur l’image

Le plan de la leçon N°08 « Adorer le Créateur » est disponible. En attendant, nous vous souhaitons une étude personnelle et/ou collective fructueuse à l’aide du manuel EDS que vous pouvez télécharger. Chers pasteurs, anciens et moniteurs/monitrices de l’Ecole Du Sabbat (Adultes)

Pour télécharger la leçon N°08 : cliquez ici

Pour télécharger la leçon N°08 A5 : cliquez ici

Pastorale : Séminaire sur les enseignements des mouvements parallèles – Documents à télécharger

Documents à télécharger

L’Eglise et ceux qui la critiquent : Cliquez ici

La trinité dans l’histoire de l’adventisme : Cliquez ici

Consciente des dangers que constituent les enseignements bibliques erronés véhiculés par les groupes parallèles sur le territoire de la Guadeloupe, l’Eglise Adventiste du 7ème jour organise du 18 au 20 mai un premier séminaire biblique visant à traiter quelques uns des sujets doctrinaux et prophétiques les plus soulevés par ces mouvements religieux.

A cette occasion, nous recevrons le pasteur Timm ALBERTO, directeur associé du centre Ellen G. White de la Conférence Générale qui sera l’invité spécial de ce weekend de formation.

Aussi, nous invitons les pasteurs, les anciens, les directeurs et animateurs de l’école du sabbat, les responsables des ministères personnels, les responsables de l’esprit de prophétie et les leaders de petits groupes à assister nombreux aux rencontres qui se tiendront selon le calendrier suivant:

  • Vendredi soir de 19h à 20h30 à la section locale de Boissard

  • Samedi matin (culte) à la section locale Béthel de Capesterre Belle-Eau

  • Samedi après-midi de 16h à 18h à la section locale de Boissard

  • Dimanche matin de 9h à 11h30 à la section locale de Boissard

Pour télécharger le courrier relatif au séminaire sur les « Enseignements des mouvements parallèles : Cliquez ici

RVM : « Radiothon » – Merci pour les 17000€ de don

Le coût global du projet est estimé à 42000€, mais nous faisons appel à vous pour une participation à hauteur de 15500€. Si vous souhaitez aussi pouvoir nous voir et découvrir une nouvelle expérience RVM, nous comptons sur vous pour nous aider à boucler ce financement et contribuer ainsi à faire de RVM une grande radio à 3 lettres !

Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un don est capable de faire. 

La fréquence 93.3 FM à votre service. Vous pouvez aussi nous écouter sur le site: www.radioviemeilleure.com.

Soutenez-nous !

Merci beaucoup

La Directrice de RVM

Fatie BLOCAIL

Comment participer à la cagnotte? Vous pouvez :

-Vous pouvez envoyer un chèque ou un mandat à l’adresse de la Radio (Radio Vie Meilleure, Morne Boissard BP5‐ 97139 LES ABYMES)

-Remettre sur place votre don en espèce ou chèque

-Participer au « Radiothon » du samedi 19 mai 2018 (20h) au dimanche 20 mai 2018 (20h) « 

-Faire un don en ligne : Cliquez ici

Radio Vie Meilleure, c’est d’abord une histoire qui dure depuis 1982 et sa longévité lui procure du crédit sur son territoire et chez ses collègues ! R.V.M. c’est un groupe de bénévoles fidèles et engagés dans leurs productions de programmes et l’amélioration constante de l’antenne.

R.V.M. c’est une structure solide aussi qui s’appuie sur la présence d’une équipe salariée dont la mission repose sur la valorisation de la ligne éditoriale dans le respect des objectifs de l’association, le développement de la structure tant sur l’aspect qualitatif que quantitatif.

Pour assurer notre mission sociale et de proximité, nous réalisons de nombreuses actions culturelles et éducatives, en faveur de l’intégration et de la lutte contre les discriminations, de l’environnement et du développement local. Notre radio a développé un véritable réseau d’informations médicales lui conférant à juste titre son appellation de : Radio Vie Meilleure. Le but : faire de la prévention auprès du grand public. RVM, c’est aussi : « Une radio qui favorise la joie de vivre, l’espoir et l’équilibre mental, physique et spirituel ».

Depuis 2004, les internautes peuvent bénéficier de l’ensemble des programmes de Radio Vie Meilleure. Nous enregistrons un trafic de plus de 200 000 connexions par an via notre site internet : www.radioviemeilleure.com. L’écoute de la radio évolue et vous êtes de plus en plus nombreux à nous demander pourquoi on ne nous voit pas sur  notre site internet et sur les réseaux sociaux. En effet, dans cet univers digital, il est essentiel de pouvoir amener un support visuel aux sons que nous vous proposons. Ce support visuel passe aujourd’hui par la vidéo. Pour ce faire nous avons besoin de faire l’acquisition de matériel et rénover les studios.

 

Ministère de la Femme : Pack cadeau de la fête des mères

Le Pack cadeau « Fête des mères » est un outil d’évangélisation « Connecte et Partage »

Merci de passer vos commandes, avant le 27 avril 2018, auprès de la responsable « Ministère de la Femme » de votre église locale. Prix : 12€
S’il n’y a pas de responsable en charge du « Ministère de la femme » dans votre église locale ou si vous n’êtes rattaché(e) à aucune église adventiste vous pouvez appeler aux numéros suivants :

Contact Guadeloupe : 0590 82 79 76
Contact Martinique : 0596 61 99 99
Contact Guyane Française : 0594 25 64 26

MIFEM : Bon de commande pack cadeau : Cliquez ici

RVM : BIA du sabbat 19 mai 2018

Nous sommes heureux de mettre à votre disposition le BIA du sabbat 19 mai 2018. Le journal peut être écouté directement ou il peut être téléchargé éventuellement. Nous vous souhaitons de merveilleux moments à l’écoute de RVM 93.3Fm – 

podcast Ecoutez le BIA du sabbat 19 mai 2018 en cliquant sur la barre ci-dessous

****************

Pour télécharger le BIA du sabbat 19 mai 2018 : Cliquez ici

« Maison Santé et Vie » : Bulletin d’abonnement 2019

Nous vous prions de trouver ci-joint le bulletin d’abonnement aux questionnaires 2019.  Nous invitons les responsables de l’Ecole Du Sabbat à assurer la promotion de  l’abonnement auprès des membres d’église.

Merci de porter une attention particulière à cette information.

Jean-Pierre GAVEAU

Pour télécharger le bulletin d’abonnement : Cliquez ici

Ministère de la Femme : Journée du 9 juin 2018 – Sermon, Bon de commande « courtoisie »

Pour la journée d’emphase du sabbat 9 juin 2018 et la formation en « Leadership » des 22 et 23 juin 2018, nous mettons à votre disposition un certain nombre de documents qui vous seront utiles. Dès à présent, nous prions Dieu de bénir chaque jeune-fille et chaque femme qui composent son Eglise.

Pour télécharger le courrier : Cliquez ici

Pour télécharger l’affiche de la courtoisie : Cliquez ici

Pour télécharger le bon de commande pour la courtoisie : Cliquez ici

Pour télécharger la fiche d’inscription pour la formation en « leadership » : Cliquez ici

Pour télécharger le sermon : Cliquez ici

Pour télécharger le sujet « Bénie pour bénir » : Cliquez ici

Pour télécharger le sujet « Huit bénédictions à partager » : Cliquez ici

Pour télécharger le sujet « Des vases de parfum » : Cliquez ici

Pour télécharger le sujet « Chantez un chant nouveau… » (participantes) : Cliquez ici

Pour télécharger le sujet « Chantez un chant nouveau… » (Animatrice) : Cliquez ici

Affiche Courtoisie

 

 

En Amérique Centrale, une conférence biblique invite les pasteurs à défendre les vérités bibliques et les écrits d’Ellen G. White

9 mai 2018 | Alajuela, Costa Rica | Gustavo Menendez / DIA

Des centaines de pasteurs et de laïcs Adventistes du Septième Jour venus de toute l’Amérique Centrale se sont récemment réunis pour une conférence autour de la Bible et du don de prophétie afin de réaffirmer leur engagement à défendre les vérités bibliques en tant que seule règle de foi et de pratique.

Les plus de 600 personnes présentes ont témoigné à propos du fait que la Bible place le don de prophétie parmi les dons du Saint Esprit destinés à édifier l’église Chrétienne, pendant la conférence de quatre jours qui s’est déroulée à l’Université Adventiste Centraméricaine (UNADECA), à Alajuela, au Costa Rica, du 25 au 28 avril 2018.

Il s’agissait de la première conférence de ce type organisée pour les pasteurs et les laïcs dirigeant des églises au Belize, au Guatemala, au Salvador, au Honduras, au Nicaragua, au Costa Rica et au Panama, a déclaré Dr Franz Ríos, directeur du Centre Ellen White sur le campus de l’UNADECA, et organisateur du programme.

« La Bible est notre seule règle de foi et de pratique et en tant qu’Adventistes, nous n’avons pas de credo, le credo c’est la Bible et nous acceptons le don prophétique comme une véritable manifestation des derniers jours, » a déclaré Dr. Alberto Timm, directeur adjoint de la Fondation Ellen White (White Estate). « Nous reconnaissons le principe Sola Scriptura, selon lequel la Bible est l’autorité exclusive pour sa propre interprétation. »

Dr Timm a mis l’emphase sur le fait que l’église croit dans l’exactitude historique des récits bibliques, et sur le fait que le Don de Prophétie ne remplace pas la Bible mais « nous ramène à l’autorité de la Bible. »

Dieu nous parle

Il s’agit de la manière dont Dieu a décidé de parler à l’homme, a déclaré Dr Elias Brasil de Souza, directeur de l’Institut de Recherche Biblique, une institution de l’Église Adventiste mondiale. « Nous croyons en un Dieu qui communique avec nous et qui utilise la Bible pour communiquer Ses messages et les prophètes comme Ses messagers, » a déclaré Dr Brasil de Souza.

Tout comme Dieu a utilisé les prophètes de la Bible pour guider son peuple, il a également utilisé Ellen G. White, une co-fondatrice de l’Église Adventiste du Septième jour, a dit Dr Frank Hassel, directeur adjoint de l’Institut de Recherche Biblique. « Ses écrits ont été cruciaux dans l’émergence et la consolidation des débuts de l’Eglise Adventiste du Septième Jour, » a déclaré Franck Hassel.

Les pasteurs et les laïcs ont été invités à ne pas courir le risque d’appliquer des distorsions herméneutiques en interprétant en chaire les Saintes Écritures et l’Esprit de Prophétie, comme par exemple le réductionnisme, où seul un point de vérité est souligné et où on perd de vue l’étendue du message de l’évangile.

Plus de 600 pasteurs et laïcs ont participé à la Conférence Biblique le mois dernier. Image de l’Université Adventiste d’Amérique Centrale

« En tant qu’Adventistes du Septième Jour, nous devons être équilibrés, » a ajouté Dr Alberto Timm. « Sans être ni fanatiques ni libéraux, nous devons apprendre à faire la distinction entre les lois et les normes, les principes et les conseils, nous devons étudier le contexte historique, grammatical et théologique des Écritures et des écrits d’Ellen G. White. »

Atteindre les nouvelles générations

L’une des principales préoccupations présentées au cours de la conférence était la responsabilité d’atteindre et d’impliquer les nouvelles générations d’Adventistes dont les questions et les défis demandent que l’église donne de la pertinence au ministère prophétique d’Ellen G. White.

Dr. Dwayne Esmond, directeur adjoint de la Fondation Ellen White, a déclaré que « les nouvelles générations de l’église, en particulier celles qui sont nées entre 1990 et 1994, sont très créatives et innovantes et ont besoin d’une approche différente de l’Esprit de Prophétie, non comme une série de codes qui visent à changer leur comportement ou leur style de vie, mais comme une source d’inspiration qui les amènent à avoir une relation plus intime avec Jésus. »

Les participants à la conférence ont pris connaissance des résultats d’une étude réalisée par le Dr. Ríos sur un groupe de 4406 membres de 725 églises dans les pays d’Amérique Centrale et portant sur le comportement des membres d’église qui lisent régulièrement les écrits d’Ellen G. White et ceux qui ne le font pas.

Dr Ríos, qui a recueilli les données l’année dernière, a dit qu’il a reproduit l’étude réalisée à l’origine par Roger L. Dudley et Des Cumming, Jr. en 1980 pour l’Institut des Ministères de l’Église de la Division Nord Américaine.

Les résultats ont été très révélateurs, d’après Dr Ríos. « Quelque 61,1% des personnes interrogées ont avoué ne pas lire les écrits d’Ellen G. White, et seulement 38,9% des membres d’église en Amérique Centrale les lisent régulièrement. Ceux qui lisent sont membres depuis plus de 20 ans, » a déclaré Dr Ríos.

L’étude a également confirmé l’effet positif de la lecture régulière des écrits de l’Esprit de Prophétie ; en effet 87,1% des membres ont indiqué qu’ils avaient une meilleure relation avec Dieu, a rapporté Dr Ríos. Environ 82,6% ont pu mieux reconnaitre leurs dons spirituels pour le service dans la communauté; 76% des personnes interrogées sont plus conscientes du besoin de fonds pour l’évangélisation et affirment qu’elles sont mieux préparées pour témoigner; et 66,4% ont déclaré qu’elles ont régulièrement le culte familial, selon l’étude.

« Nous n’avons pas réussi à réconcilier les nouvelles générations de l’église avec les précieuses vérités de l’Esprit de Prophétie, » a déclaré Dr Ríos.

La conférence biblique a fait émerger plusieurs résolutions recommandées aux dirigeants d’église et aux pasteurs d’Amérique Centrale invitant à consacrer un mois chaque année à la promotion de la lecture des écrits de l’Esprit de Prophétie dans toutes les églises et les petits groupes, ainsi que d’autres lectures avec les initiatives de l’église « Ravivés par Sa Parole » et « Croyez en Ses Prophètes. » Les dirigeants se sont également engagés à utiliser la technologie numérique afin d’atteindre les jeunes générations avec le message de l’Esprit de Prophétie.

Parmi les intervenants de la conférence biblique on trouvait également Dr Jim Nix, directeur du Ellen G. White Estate (Fondation Ellen G. White), Dr Clinton Wahlen et Frank Hassel de l’Institut de Recherche Biblique; Pasteur Israël Leito, président de la Division Inter Américaine, Dr Efraín Velázquez, président du SETAI, Dr Juan José Andrade, directeur de White Estate à l’Université de Montemorelos au Mexique, ainsi que le Dr Carlos Elías Mora de l’Institut Adventiste International d’Études Avancées aux Philippines.

Traduction: Patrick Luciathe

Des rencontres d’évangélisation au Japon soutenues par la prière

8 Mai 2018 | Tokyo, Japon | 

Des rencontres d’évangélisation organisées par les Adventistes du Septième Jour dans tout le Japon ont officiellement débuté le vendredi 4 mai. Des mois et même des années auparavant cependant, l’initiative « Tout le Japon 2018 Maranatha » a commencé par une planification minutieuse, des décisions audacieuses et d’innombrables séances de prière.

« La prière est essentielle pour le succès de ces rencontres, » a reconnu le président de l’Eglise Adventiste, Ted N.C. Wilson, alors qu’il s’adressait aux membres d’église de la Fédération de l’Est du Japon lors d’une réunion de prière commune à l’église Adventiste du Septième Jour d’Amanuma, le 2 mai. « Des milliers d’Adventistes du Septième Jour prient pour le Japon. »

Des Prières Dans le Monde Entier

A des milliers de kilomètres de Tokyo, Dwight Nelson, pasteur de Pioneer Memorial Church, partage cette vision. Sur le campus de l’Université d’Andrews, une institution éducative Adventiste qui se trouve à Berrien Springs, dans le Michigan, aux États-Unis, il a enrôlé un groupe de personnes pour jeûner et prier pour le Japon. Dwight Nelson, qui est né au Japon dans une famille missionnaire, connaît très bien les défis à relever. Il se rendra au Japon dans les prochains jours pour tenir des réunions d’évangélisation.

« Je prêcherai sur le campus de Saniku Gakuin [à Isumi-gun, Chiba], une université de 201 étudiants, dont 70% ne sont pas chrétiens, » a-t-il dit à Adventist Review.

Dwight Nelson emmène avec lui douze étudiants en théologie, qui travailleront spécifiquement pour établir le contact avec les étudiants non-chrétiens lors des réunions du matin et du soir du 14 au 19 mai.

Le mois dernier, l’église de Dwight Nelson a organisé une Journée de Prière et de Jeûne pour demander à Dieu d’intervenir. « Notre emphase était ‘Contre les Forteresses,’ » a dit Dwight Nelson. « Et nous sollicitons les prières de la grande famille des Adventistes du Septième Jour, alors que nous entrons dans cette … stratégie d’évangélisation. »

Prier pour le Japon – Dans Tout le Japon

Les membres de l’église d’Amanuma connaissent bien la prière. En 2017, ils ont consacré la plus grande partie de l’année à une Formation Pratique en Evangélisation et à des initiatives d’évangélisation qui exigeaient, entre autres choses, d’innombrables heures de prière.

« L’Eglise d’Amanuma … a pris la prière au sérieux, » a déclaré Ron Clouzet, directeur de l’Association Pastorale de l’Asie Pacifique Nord (NSD), en décrivant l’initiative qu’il a menée en octobre 2017. « Pendant chacun des 40 jours précédant le premier jour des réunions d’évangélisation, 20 ou 30 membres se sont réunis tôt le matin pour prier pour les rencontres. Les équipes de prière se sont également impliquées en priant tout en marchant dans diverses sections de la ville, demandant que le Saint-Esprit soit déversé sur les gens qu’elles rencontraient dans les rues, les gares et les magasins.

Lors de la réunion du 2 mai, une partie importante du service était également consacrée à la prière. Les membres d’église se sont agenouillés en petits groupes et ont prié avec ferveur pour que Dieu ouvre la porte du cœur des membres de leur famille, leurs collègues et leurs voisins.

D’autres églises Adventistes à travers le Japon ont également passé le week-end de lancement de leurs initiatives d’évangélisation dans la prière. A l’église Adventiste du Septième Jour de Toyohashi, à trois heures au sud-ouest de Tokyo, les membres peu nombreux et vieillissants de la congrégation de langue japonaise se sont agenouillés pour demander à Dieu de bénir leurs efforts. Même si l’église Adventiste de la région a connu une croissance constante au sein des populations immigrantes – principalement des Brésiliens et des Philippins – la congrégation japonaise a cessé de croître il y a des années, selon les dirigeants des églises locales.

Il y a un mois, Shigenori Matsueda, un jeune pasteur stagiaire japonais est arrivé. Lui et son épouse Satoe font de leur mieux pour changer les choses.

« Il y a de grands défis qui nous attendent, » concèdent-ils. « C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de la prière plus que jamais. »

A une heure de route à l’ouest de Toyohashi, au cœur de la région industrielle de Toyota-Nagoya, le pasteur de l’église Adventiste du Septième Jour Internationale de Kariya, Roger Ueno, espère lui aussi que la prière et beaucoup de travail permettront que Dieu bénisse leurs efforts.

« Nous vivons dans une région prospère, et les gens sont devenus extrêmement matérialistes, » a-t-il dit à Adventist Review. « Ils étudient et acceptent la vérité biblique, mais observer le sabbat est généralement le dernier obstacle. » Roger Ueno a expliqué que dans une société qui accorde beaucoup d’importance au fait de travailler dur, garder le sabbat signifie généralement perdre son emploi, car les arrangements religieux sont rares. « Certaines personnes ont achevé leurs études bibliques et sont prêtes à être baptisées, sauf qu’elles ont encore du mal à prendre l’engagement du repos du sabbat, » a-t-dit-il. « C’est un défi, c’est certain. »

Prier pour le Saint-Esprit

D’après Ted Wilson, la clé de toute entreprise d’évangélisation réussie est de faire appel à la puissance du Saint Esprit. « Quelle bénédiction ce sera de laisser le Saint Esprit prendre le contrôle des rencontres! » a-t-il dit lors de la réunion de prière du 2 mai. Mais nous devons demander la présence du Saint Esprit, a-t-il dit, et prier pour qu’Il intervienne.

« Prions pour que le Saint Esprit remplisse cette salle et pour que les gens [qui ont été invités] viennent, » a-t-il dit.

« Nous vivons une époque très spectaculaire parce que Jésus vient bientôt, » a ajouté Ted Wilson sur une note d’espoir. « Alors que nous faisons appel à la puissance du Saint Esprit, nous serons à nouveau témoins de miracles. »

Traduction: Patrick Luciathe

Un dirigeant apporte une voix distinctement Adventiste à une rencontre Chrétienne internationale

5 Mai 2018 | Bogota, Colombie | 

La troisième rencontre du Forum Chrétien Mondial, qui s’est tenue du 24 au 27 avril à Bogotá, en Colombie, a offert une occasion inestimable d’être « sel et lumière » et de partager les valeurs clés des Adventistes du Septième Jour avec un auditoire unique, a déclaré Dr Ganoune Diop, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Eglise Adventiste mondiale. Ganoune Diop, qui est intervenu lors d’une session plénière dans le segment de clôture du programme, s’est adressé à quelque 400 dirigeants chrétiens de 65 pays représentant un large éventail de traditions chrétiennes, y compris les Orthodoxes Orientaux, les Evangéliques, les Anglicans et de nombreuses églises indépendantes.

Dans sa présentation, Ganoune Diop a parlé de la centralité de Jésus-Christ dans l’histoire humaine. « L’une des révélations les plus fascinantes des Ecritures est la façon dont Jésus a embrassé l’histoire de toute la famille humaine ; la manière dont il accomplit nos histoires, » a déclaré Ganoune Diop. « Il est venu embrasser notre destinée afin de vaincre la mort de l’intérieur. Il est venu nous délivrer du mal. Et pour ce faire, il a choisi de vivre notre histoire et nos histoires. »

Le Forum Chrétien Mondial offre un espace informel aux chrétiens de diverses dénominations pour partager des informations au sujet d’eux-mêmes et pour discuter des défis communs auxquels sont confrontés les Chrétiens du monde entier. Le groupe, qui n’a pas de constitution et qui ne prend aucune décision, a pour objectif principal de faciliter un dialogue ouvert sur les préoccupations communes, telles que la liberté religieuse, la persécution et d’autres obstacles à la mission.

Dans une interview donnée après le programme, Ganoune Diop a indiqué que la présence d’Adventistes à des réunions comme celle-ci est une partie importante du travail du Département des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse de la Conférence Générale, dont la tâche consiste à rendre l’Eglise Adventiste plus visible dans la sphère publique.

« Ellen White décrit le ministère du Christ sur Terre comme une démarche l’amenant à se mêler aux hommes comme quelqu’un qui désirait leur bien, » a dit Ganoune Diop. « Se mêler — être le sel et la lumière du monde — est au cœur de notre mission en tant qu’Adventistes du Septième Jour. Pour notre département, cela signifie construire des ponts vers les personnes influentes dans la société, que ce soit dans les sphères politiques ou religieuses, faire savoir qui sont les Adventistes, et comment nous sommes une bénédiction pour la société de plusieurs façons différentes. »

Image du département des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse

Ganoune Diop, qui siège également au comité de surveillance du Forum Chrétien Mondial, dit que cela offre une opportunité de présenter l’Adventisme à d’autres chrétiens « dans nos propres termes, » d’apprendre à mieux connaître les autres dénominations et d’aider à dissiper les préjugés ou les idées fausses des deux côtés.

« Nous oublions parfois que Mme White conseillait aux pasteurs Adventistes de son époque de ne pas négliger d’avoir des contacts avec les responsables religieux des autres églises, » a déclaré Ganoune Diop. Il fait référence à un passage de Témoignages pour l’Eglise, où elle écrit: « Nos prédicateurs devraient chercher à se rapprocher des pasteurs des autres Eglises. Priez pour eux et avec eux, car le Christ intercède en leur faveur. Leur responsabilité est solennelle. En tant que messagers du Christ, nous devrions témoigner d’un profond et sérieux intérêt pour ces pasteurs qui sont les bergers du troupeau. »[1]

L’un des principaux sujets abordés lors de la réunion de Bogotá était la rapide évolution du paysage démographique du christianisme mondial. Selon l’intervenante Gina Zurlo, directrice adjointe du Centre pour l’Etude du Christianisme Mondial, le changement le plus significatif n’a pas été numérique, mais géographique. Elle a fait référence à des recherches qui faisaient état d’un déclin global de seulement 3% de la population chrétienne mondiale depuis 1910, qui est passée de 35 à 32% de la population mondiale totale. Cependant, cette image apparemment statique occulte un changement massif au niveau des lieux où l’on retrouve la majorité des chrétiens actuellement, a déclaré Gina Zurlo. Alors que le christianisme a diminué numériquement dans de nombreux pays occidentaux, l’Afrique sub-saharienne a connu une augmentation spectaculaire du nombre de chrétiens; En 1970, la région comptait quelque 134 millions de chrétiens, mais elle compte aujourd’hui plus de 620 millions de chrétiens. Gina Zurlo a également cité l’augmentation relativement récente, mais significative, du nombre de « chrétiens indépendants » dans le monde – des églises chrétiennes qui ne s’identifient pas aux traditions historiquement dominantes, comme le Catholicisme, le Christianisme Orthodoxe ou le Protestantisme.

Parmi les autres sujets abordés lors du programme, il y avait la persécution des Chrétiens dans de nombreux endroits où le christianisme est une religion minoritaire. Le Patriarche de l’Église Orthodoxe Syrienne, Ignace Aphrem II, s’est adressé au groupe et a invité les dirigeants à ne pas oublier la communauté chrétienne assiégée au Moyen-Orient. Il a décrit ce qu’est la vie dans une région où les Chrétiens sont souvent la cible d’attaques terroristes et il a parlé avec émotion de deux prêtres Orthodoxes qui ont été enlevés en Syrie il y a cinq ans, et qui sont maintenant présumés morts.

Selon le patriarche, la population Chrétienne au Moyen-Orient a été décimée au cours des 15 dernières années, l’Irak perdant environ 80% de ses Chrétiens et la population Chrétienne syrienne chutant d’environ 40%.

C’est la première fois que le Forum Chrétien Mondial se réunit dans les Amériques et la première fois dans un pays hispanophone. La première et la seconde rencontre du groupe ont eu lieu au Kenya et en Indonésie.

Traduction: Patrick Luciathe

Les bénévoles de Maranatha rénovent une église à Cuba

3 mai 2018 | San Antonio de los Baños, Artemisa, Cuba | Maranatha Volunteers International / DIA

Un groupe de 42 bénévoles de Maranatha est récemment revenu de Cuba où il a réalisé un projet à l’église Adventiste du Septième Jour de San Antonio de los Baños. Cette congrégation, qui se réunit à 35 kilomètres de La Havane dans la région nord-ouest, a débuté dans la maison de Martina Pérez et a continué à s’y réunir pendant 45 ans. Avant sa mort, Martina Pérez avait demandé que sa maison continue à servir de lieu de culte. Au fil du temps, l’église a commencé à faire l’acquisition de propriétés adjacentes pour agrandir l’espace afin de faire de la place pour la congrégation grandissante. Aujourd’hui, le groupe de San Antonio compte plus de 200 membres, mais il n’y a pas suffisamment de place pour accueillir tout le monde à l’intérieur de l’église existante. Le sabbat, les membres sont dispersés dans cinq maisons à travers la ville.

L’année dernière, la direction de l’Eglise Adventiste à Cuba a demandé à Maranatha d’aider San Antonio en rénovant leur église. Maranatha a répondu à l’appel, et en avril, un groupe est arrivé à Cuba pour un projet de 11 jours. Les bénévoles ont commencé la démolition d’une maison à côté de l’église, ce qui permettra d’augmenter la superficie. Les murs ont été fraichement repeints et le groupe a également organisé une foire médicale et un ministère des sports pour la jeunesse locale. De nouveaux ballons de football et des balles de baseball ont suscité l’enthousiasme parmi les enfants et la bonne volonté au sein de la communauté.

Les volontaires de Maranatha ont récemment adoré à l’église Adventiste de San Antonio de los Baños qui a été rénovée à l’intérieur l’année dernière. La rénovation a été réalisée à l’extérieur le mois dernier. Photo de Maranatha Volunteers International

Les relations ont également été renforcées avec les membres d’église, qui ont pris l’initiative de prendre part aux travaux. Quand ils ont eu connaissance du projet de Maranatha, ils ont retroussé leurs manches et ont apporté leur aide aux côtés des bénévoles. Environ 65 membres d’église ont contribué à divers travaux, ce qui leur a également permis d’interagir avec les voisins.

Les bénévoles ont aidé à nettoyer et à peindre à l’extérieur et ont également apporté leur aide pour la démolition d’une maison située à côté, ce qui fournira plus d’espace pour une cour et des toilettes. Les équipes de Maranatha participeront également au travail qui sera effectué au deuxième étage.

Un volontaire démolit une maison à côté de l’église, ce qui permettra d’agrandir le site de l’église existante. Photo de Maranatha Volunteers International

« Sans aucun doute, ce projet a ouvert de nouvelles portes dans la communauté, » a souligné David Lopez, directeur des Projets Bénévoles. « Ils utilisent ce projet pour faire avancer l’œuvre et continuer de proclamer le nom de Jésus à Cuba. »

Maranatha travaille à Cuba pour rénover les églises Adventistes du Septième Jour depuis les années 1990. La situation politique rend le travail à Cuba compliqué et les projets peuvent prendre des années avant de se concrétiser. Mais Maranatha a réussi à rénover des centaines d’églises à Cuba et même à construire un séminaire Adventiste.

Traduction: Patrick Luciathe

Visages Adventistes de la longévité

Que ce soit grâce à leurs bons gènes ou à une vie bien menée, de nombreux Adventistes du Septième Jour jouissent d’une longue et saine vie faite de travail, de jeu et de service. Voici six personnes de Loma Linda, en Californie, aux États-Unis, qui correspondent à cette description et qui ont défié les normes d’une durée de vie moyenne pour un être humain et qui mènent une vie active et saine tout en étant octogénaires, nonagénaires …et même plus âgés.

Poussées d’adrénaline et amour du travail font avancer David Baylink

L’éminent professeur de la Faculté de Médecine se rend au travail sur sa moto.

La joie de vivre stimule la longévité et l’enthousiasme du médecin chercheur au Pôle Santé de l’Université de Loma Linda, qui est âgé de 86 ans et dont l’expression préférée est « laissez rouler ! »

En plus d’occuper deux postes de professeur éminent et de diriger la division de la médecine régénérative à la Faculté de Médecine, David J. Baylink mène des recherches sur la thérapie génique et les cellules souches non embryonnaires, celles qui ne nuisent pas aux fœtus.

Son comportement lorsqu’il n’est pas en service, cependant, fait soulever parfois des sourcils dans la ville. Les automobilistes coincés dans la circulation du vendredi ne le savent peut-être pas, mais le gars dans la chemise bleue et le nœud papillon rouge qui a fusé à côté d’eux, se faufilant entre les voitures sur sa Kawasaki Ninja, était David Baylink. « Je suis accro aux motos, » dit-il avec un sourire.

Peut-être aussi accro à l’adrénaline. David Baylink joue également au tennis, fait du ski et utilise des patins à roulettes. Il ralentit uniquement pour écrire de la fiction, mais même cela contient des éléments de forte accélération. « J’écris sur l’excitation qu’amène le fait d’être un chercheur, » dit-il.

David Baylink approche peut être les 90 ans, mais cet homme qui a été Adventiste du Septième Jour toute sa vie ne s’inquiète jamais de la longévité, attribuant la sienne à deux caractéristiques. « J’ai une base génétique relativement bonne, dit-il, et j’aime mon travail! »

Dorothy Zane insiste sur le fait que l’aérobic est la clé de la vitalité

Cette femme de 85 ans fait de l’exercice physique au Centre Drayson de Loma Linda quatre fois par semaine.

Demandez à Dorothy Zane, une résidente de Loma Linda âgée de 85 ans, quel est le secret de sa bonne santé, et elle répondra, sans hésiter, que ce sont les cours d’aérobic.

Au début des années 1980, Dorothy Zane s’est inscrite à des cours d’exercice physique donnés par un de ses amis. Elle est rapidement devenue une participante régulière, changeant d’emphase quelques années plus tard, lorsque l’ami est passé à l’enseignement de l’aérobic.

Pendant les 30 années qui ont suivi, Dorothy Zane a fait de l’aérobic plusieurs fois par semaine jusqu’à ce que son ami déménage il y a deux ans. Heureusement, Dorothy Zane a découvert que le Centre Drayson du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda offre des cours d’aérobic gratuits aux personnes de plus de 80 ans. Depuis, elle s’y rend en moyenne quatre jours par semaine. La personne la plus âgée de sa classe a 93 ans.

Dorothy Zane dit que deux de ses amis la maintiennent motivée pour lutter contre le vieillissement. L’une d’entre elles est alitée depuis deux ou trois ans à cause du diabète et l’autre ne peut plus marcher. Dorothy Zane, quant à elle, continue à faire de l’aérobic et à jouir d’une santé rayonnante.

Elle et son mari semi retraité, Ernie, ancien responsable du département d’ophtalmologie à la Faculté de Médecine de l’Université de Loma Linda, suivent un régime essentiellement végétalien à la maison. Mais elle insiste sur le fait que la nourriture n’est pas l’ingrédient principal dans sa recette pour une vitalité abondante.

« Je pense vraiment que c’est l’aérobic, » dit-elle. « C’est forcément ça. »

Hepsie Gurusamy aime son temps passé avec Dieu

Une enseignant d’école primaire retraitée dirige une chorale, prie, et apprécie le monde de la nature.

Hepsie Gurusamy dit que sa relation avec Dieu est le secret de son bonheur et de sa vitalité.

Cette enseignante d’école primaire, retraitée de 86 ans, qui est arrivée en Californie en passant par l’Inde, l’Asie de l’Est, Guam et Hawaï, affirme que la spiritualité la maintient en bonne santé. Elle se réveille tôt chaque matin pour prier, puis lit sa Bible pendant encore une heure pour commencer sa journée.

Née en Inde en 1931, Hepsie Gurusamy a déménagé avec sa famille à Penang, en Malaisie et plus tard à Singapour, où elle a terminé ses études secondaires et deux années d’université ; elle a épousé celui qui est devenu son mari, feu Gilbert Gurusamy. Sa carrière en tant que vérificateur au siège de l’Église Adventiste du Septième Jour les a emmenés partout en Asie de l’Est.

Hepsie Gurusamy a déménagé à Linda Valley Villa, une résidence indépendante à Loma Linda, en Californie, en 2005. Après deux ans, elle est retournée à Guam pour garder la maison de son fils qui ouvrait un laboratoire médical dans la ville voisine de Saipan. En novembre 2015, elle est retournée à Linda Valley Villa. « Je remercie le Seigneur que je sois ici à cet endroit, » dit-elle.

Récemment, Hepsie Gurusamy a créé une chorale féminine à la Villa. « Nous avons donné un petit concert ici, » a-t-elle dit. « Nous chantons pour apporter un message. »

Dans sa chambre, Hepsie Gurusamy expose fièrement deux œuvres d’art inspirées de la nature et fabriquées à partir de la nature. Chaque détail, des vagues de violet foncé aux nuages les plus frêles, résulte du placement minutieux des plumes de canard et d’oie qu’elle a recueillies dans un étang voisin. Une autre exposition présente une grande collection de pommes de pin, de rochers et de coquillages.

Hepsie Gurusamy termine chaque jour comme il a commencé. « Dans la soirée, je prie à nouveau pendant encore une heure, » a-t-elle dit. « Quelle riche bénédiction cela a-t-il été pour moi! Chaque jour est une bonne journée pour moi. »

Le secret de Heisler pour une vie saine et productive

Ce professeur de dentisterie semi-retraité de 84 ans refuse de sombrer dans la solitude.

Lorsque sa femme est décédée le jour du Nouvel An l’année dernière, Bill Heisler, professeur émérite à l’Ecole de Dentisterie de l’Université de Loma Linda, a eu un choix à faire. Il pouvait soit devenir un solitaire ou s’engager à rester actif et en bonne santé.

Bill Heisler, 84 ans, a choisi cette dernière option. Cela signifiait manger correctement, entretenir sa foi en Dieu, rester activement impliqué dans son église et son Rotary Club, faire de l’exercice physique régulièrement et garder sa vivacité d’esprit.

Bill Heisler débute chaque jour par une dévotion, en lisant et en priant pour les membres de sa famille. Il prépare ensuite le petit-déjeuner – généralement un bol de céréales cuites, des fruits et un morceau de pain grillé avec du beurre de cacahuète. Après cela, il travaille sur des mots croisés et lit le journal.

« Je ne suis pas le parfait représentant des Zones Bleues, » a dit Bill Heisler, admettant qu’il n’est pas toujours végétarien. « Mais je ne mange des œufs que quelques fois par semaine, et je ne mange pas de viande à la maison. »

L’amour le motive à prendre soin du jardin de roses de sa défunte épouse ; il taille, il arrose et fertilise les arbustes. L’activité s’inscrit parfaitement dans son programme général d’exercice qui inclut la marche, les étirements et le jardinage.

Deux jours et demi par semaine, il enseigne à l’École de Dentisterie. « J’aime le contact avec les jeunes cerveaux et les jeunes, » dit-il. « Ils semblent eux aussi apprécier de se retrouver avec moi. »

Bill Heisler considère son fort engagement envers sa famille comme l’ancre de sa vie. Il insiste sur le fait que la santé n’est pas une question de mode. « Rester en bonne santé et vivre longtemps n’est pas une chose simple, » dit-il. « C’est un mode de vie constant basé sur de bons principes et des idées conservatrices sur la santé. »

Alice Leon, 92 ans, confectionne des cadeaux pour les bébés vulnérables

Cette femme originaire du Pérou cuisine des repas spéciaux pour des occasions spéciales.

Alice Leon a une façon tangible d’exprimer son amour aux nourrissons les plus vulnérables du comté de San Bernardino en Californie.

Pendant près de six décennies, la couturière aux doigts de fée âgée de 92 ans et originaire de Libertad au Pérou, a travaillé avec son mari, Patricio, à la confection de vêtements sur mesure dans son atelier de couture. Après le décès de Patricio en août 2008, Alice a déménagé à Colton, en Californie, pour vivre avec sa fille Geli, une assistante sociale du comté de San Bernardino, et son gendre, Carlos Casiano, professeur à l’Ecole de Médecine de l’Université de Loma Linda.

Chaque matin après le petit déjeuner, Alice lit sa Bible et prie. Puis elle tricote des couvertures pour les petits patients en soins intensifs dans l’unité néonatale de l’Hôpital pour Enfants de l’Université de Loma Linda. Au cours des trois dernières années, elle a confectionné en moyenne trois couvertures par semaine.

Alice tricote toute la journée jusqu’à ce que Geli revienne à la maison après le travail. Ensuite, elle aide à préparer le dîner. Lors des occasions spéciales, elle prépare de fins mets péruviens tels que des empanadas, des tamales ou des ají de gallina.

Alors qu’elle tricote, Alice pense à la mère des bébés, certaines d’entre elles sont trop pauvres pour offrir à leur bébé un cadeau. « Cela me fait plaisir de savoir qu’elles peuvent envelopper le bébé dans l’une de mes couvertures et les ramener à la maison, » a-t-elle dit.

Le secret de longévité inattendu d’Ernest E. Rogers

Cet érudit biblique à la retraite peut encore toucher le sol à l’âge de 101 ans.

Ernest E. Rogers a peut-être 101 ans, mais le plus ancien spécialiste des langues bibliques de Huntsville en Alabama, refuse de laisser une petite chose comme le passage du temps le ralentir.

Bien qu’il ait rejoint les rangs des centenaires l’année dernière, Ernest Rogers, connu simplement sous le nom de E.E. pour ses amis, fait régulièrement de l’exercice physique, joue avec son ordinateur, rend visite à des amis, fréquente l’église et gâte ses arrière-petits-enfants. Sa fille, Jeannette Dulan, dit que son père reçoit aussi des appels de personnes qui veulent sa contribution sur les questions relatives aux langues bibliques et accepte occasionnellement une invitation à intervenir à l’église.

Ernest Rogers mentionne un incident avec sa première épouse défunte, Mildred, comme étant la raison pour laquelle l’Évangile de Jean est son livre préféré. Dix ans après leur mariage, Mildred est tombée gravement malade et les médecins ont indiqué qu’il ne lui restait que quelques semaines à vivre. Courageux, Ernest Rogers lui a cité le texte de Jean 15:7 : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » Le couple s’est appuyé sur les paroles de Jésus dans la prière et a demandé que Mildred puisse vivre pour voir ses enfants grandir. Au lieu de mourir, elle a vécu encore 53 ans. « Cela montre ce que Dieu peut faire même de nos jours, » a dit Ernest Rogers.

Pour les personnes qui souhaitent vivre une vie longue et saine, l’ancien pasteur et professeur d’université a quelques conseils. « Repos convenable et exercice physique, » a-t-il dit. « Manger aussi des aliments sains et garder une chanson dans votre cœur. Cela a été une bénédiction tout au long de ma vie. Je ne m’inquiète de rien. »

Une version originale de ce récit a d’abord été publiée dans le magazine Scope .

Traduction: Patrick Luciathe

En Inter Amérique, les ministères de la jeunesse forment des jeunes pour une action d’impact avec OYiM

2 mai 2018 | Miami, Floride, États-Unis | Libna Stevens / DIA

L’Eglise Adventiste du Septième Jour dans toute l’Inter Amérique a commencé à préparer les jeunes à devenir des missionnaires à court terme à travers l’initiative One Year in Mission (OYiM) (Une Année en Mission), dans des régions où le message Adventiste n’a pas encore pénétré. Les dirigeants des ministères de la Jeunesse ont pris le temps d’offrir une formation missionnaire spéciale en ligne aux jeunes le 28 avril 2018.

« Notre principal objectif est de vous apprendre ce que signifie être un missionnaire, comment donner une étude biblique, comment témoigner dans un cadre de mission interculturel, comment utiliser la technologie et se préparer à créer un impact dans la communauté à travers des activités liées à la santé, » a déclaré pasteur Al Powell, directeur des ministères de la jeunesse pour l’Eglise Adventiste en Inter Amérique.

Pasteur Al Powell, directeur des ministères de la jeunesse pour l’Eglise Adventiste en Inter-Amérique explique le segment spécial de formation OYiM lors du programme en ligne qui s’est tenu le 28 avril 2018 à Miami, en Floride. Image de Keila Trejo / DIA

Selon Al Powell, il y a des centaines de jeunes dans les unions de la Division Inter Américaine, qui sont déjà enrôlés pour les activités d’évangélisation qui doivent se dérouler au cours des prochains mois.

« La bataille n’est pas la nôtre, » a assuré Al Powell, alors qu’il s’adressait aux internautes. « Dieu voudrait que nous partagions la bonne nouvelle de l’Evangile et nous devons être prêts à le proclamer et à dire à nos amis de prendre part à l’initiative.

Une partie de cette initiative inclura plusieurs sessions de formation avant que les jeunes ne prennent part à l’initiative de 100 jours d’implantation d’églises dans des communautés éloignées choisies par le siège régional de l’église, a déclaré pasteur Powell.

Pasteur Israël Leito, président de l’Eglise Adventiste en Inter Amérique, a encouragé les jeunes à faire confiance à Dieu et à Sa Parole, en donnant tout pour le progrès de l’œuvre.

Le président de la DIA, pasteur Leito (à droite) et l’ancien directeur des ministères de la jeunesse de l’Église Adventiste mondiale, pasteur Richard Barron, discutent du rôle de la jeunesse dans cet impact missionnaire. Image de Keila Trejo / DIA

« Nous vous invitons à prendre part à cette grande entreprise pour le Seigneur, » a déclaré pasteur Leito. « Notre bien-être n’est pas si important, mais le plus important est d’accomplir l’œuvre de Dieu. »

Pasteur Richard Barron, ancien dirigeant des ministères de la jeunesse de l’Église Adventiste mondiale, a invité les jeunes à s’engager à servir le Seigneur.

« Nous avons le privilège, l’opportunité et la responsabilité de conduire les pécheurs perdus à Jésus-Christ, » a déclaré pasteur Barron. « Nous avons l’opportunité de leur dire que les temps sont mauvais mais que ça ira mieux. »

Richard Barron a invité les jeunes de devenir des gagneurs d’âme. « Dans votre travail, à l’école, dans la salle de sport, pensez à ceux qui ne connaissent pas Christ. Pensez aux individus qui vivent dans les ténèbres. »

Pasteur Pako Mokgwane, directeur adjoint des ministères de la jeunesse pour l’Eglise Adventiste mondiale, a souligné l’importance de s’engager dans le travail missionnaire.

Pako Mokgwane (à gauche), directeur adjoint des ministères de la jeunesse de l’Eglise Adventiste mondiale, a invité les jeunes à étudier la Parole de Dieu et à se laisser utiliser par Dieu alors qu’ils s’impliquent dans l’initiative OYiM. Image de Keila Trejo / DIA

« Le travail missionnaire est un style de vie. Ce n’est pas un programme, » a déclaré pasteur Mokgwane. « Nous sommes appelés à être des missionnaires partout où nous sommes. Vous êtes appelés à être missionnaires et à proclamer la vie de Jésus. Laissez vous utiliser par Dieu. »

Pasteur Mokgwane a encouragé les jeunes à étudier la Parole de Dieu afin qu’ils puissent croitre dans leur vie spirituelle et apprendre à compter sur Jésus chaque jour.

La formation comprenait également des instructions sur la façon d’utiliser des stratégies spécifiques pour entrer en contact avec des personnes d’une culture différente, d’une langue ou d’une ethnie différentes, de mener une campagne d’évangélisation, d’utiliser des initiatives dans le domaine de la santé pour établir le contact avec la communauté, comment utiliser la technologie et bien plus encore.

La formation en ligne OYiM constituait le premier des deux segments d’instruction visant à préparer les jeunes pour le champ missionnaire à travers le territoire de la DIA et à amener davantage de jeunes à participer aux prochaines campagnes d’évangélisation des jeunes qui doivent se dérouler dans les églises et groupes à partir du 30 juin.

La prochaine formation en ligne offerte par les ministères de la jeunesse est prévue pour le 2 juin prochain.

 

Traduction: Patrick Luciathe

Famille : Semaine du culte de famille et weekend de la famille

Nous vous communiquons des informations concernant la semaine de la famille du mois de juin 2018

Du 09 au 15 juin 2018 : Semaine du culte de famille.

Nous poursuivons toujours notre objectif de revalorisation du culte familial. Nous vous ferons parvenir bientôt le manuel approprié.

Du 15 au 17 juin 2018 : Weekend de la famille – Les prédications auront pour thème : « Le père sacrificateur ». Ce matériel sera bientôt disponible.

Pour télécharger le courrier du département de la Famille : Cliquez ici