NOUVELLES DE L’ÉGLISE MONDIALE, RSS FRANÇAIS | PARTAGER Si chaque sabbat nous rappelle la création, pourquoi observer un « sabbat de la création » le 27 octobre ?

Tous les sept jours, on estime que 25 à 30 millions de membres et sympathisants de l’Église Adventiste du Septième Jour se réunissent pour un culte d’adoration hebdomadaire.

Les réunions ont lieu le jour désigné sous le nom de sabbat dans la Bible – le septième jour de la semaine. Nous en apprenons la raison dans Exode 20 au verset 11 : « Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié. » (LSG).

Donc, si l’observation hebdomadaire du sabbat est prescrite comme mémorial de la semaine de la Création, pourquoi les Adventistes du monde entier marqueront-ils un « Sabbat de la Création » spécifique le 27 octobre de cette année ?

La réponse se trouve dans la proposition faite par Nikolaus Satelmajer, en 2009, d’organiser un programme visant à répondre aux célébrations du 150ème anniversairL’Origine des Espèces. Nikolaus Satelmajer était alors secrétaire adjoint de l’Association Pastorale de la Conférence Générale de l’Église. Depuis le moment où il a fait cette recommandation, le Sabbat de la Création est devenu une célébration annuelle, qui fait partie du calendrier annuel des manifestations officielles de l’Église mondiale.

« Alors que nous, Chrétiens, nous nous reposons et nous commémorons chaque sabbat, le Sabbat de la Création est une opportunité spéciale d’allers vers nos communautés, » a déclaré Timothy G. Standish, scientifique chercheur à l’Institut de Recherche Géoscientifique (GRI) de l’Église à Loma Linda, en Californie aux États Unis. La journée spéciale est « une occasion pour nous de cesser de lutter, d’arrêter de nous disputer [à propos des origines] et de commencer à nous réjouir de ce que Dieu a fait pour nous. »

Timothy Standish, qui dirige actuellement l’initiative du Sabbat de la Création pour le GRI, précise que cette journée spéciale permet aux croyants de remettre l’accent sur ce qu’il y a derrière chaque sabbat hebdomadaire.

« Oui, chaque sabbat est un « sabbat de la création », c’est ce pour quoi Dieu nous l’a donné, mais en tant qu’êtres humains, il est très facile pour nous de nous laisser distraire par d’autres choses, » a-t-il déclaré. « Ceci est une façon de se recentrer en tant qu’église, de se rappeler pourquoi nous avons un sabbat, [et] notre Créateur a mis du temps à part pour que nous soyons ensemble. »

Au niveau mondial, la question de la croyance en l’évolution demeure controversée, créant une opportunité missionnaire pour les Adventistes du Septième Jour. En 2014, le Pew Research Center, une organisation indépendante basée à Washington D.C., a noté qu’en Amérique Latine, la majorité rejette l’évolution au Nicaragua et en République Dominicaine, tandis que des « majorités solides » en Uruguay, en Argentine, au Chili et au Brésil la soutiennent. En 2017, le Pew Research Center a signalé une fracture dans le monde Musulman,, où certains pays soutiennent l’évolution alors que « la majorité des Musulmans dans des pays tels que l’Afghanistan, l’Indonésie et l’Irak rejettent l’évolution. »

Les chercheurs de Pew ont indiqué dans le même rapport de 2017 que bien que 57% des Chrétiens évangéliques interrogés déclarent rejeter l’évolution, les Adventistes du Septième Jour dépassent ce nombre – 67% de ceux qui ont répondu à un sondage Pew et qui se considèrent Adventistes disent « rejeter l’idée selon laquelle les êtres humains ont évolué avec le temps. » Seulement 30% des Protestants « généralistes, » 29% des Catholiques Romains et 16% des Juifs ont répondu de la même manière, a rapporté Pew.

D’après Timothy Standish, le Sabbat de la Création offre une opportunité d’évangélisation : « Le sabbat de la création est une opportunité d’atteindre nos communautés. Nous sommes ici pour partager l’évangile éternel qui, dansApocalypse 14:6-7 dit essentiellement : ‘Adorez Celui qui a fait le ciel et la terre, la mer et les sources d’eau.’ Et il nous est demandé de prêcher ce message à toute nation, toute tribu, toute langue et tout peuple. »

Timothy Standish affirme que l’un des moyens de présenter l’argument en faveur de la vision biblique des origines est de se concentrer sur la beauté du monde.

« Charles Darwin a parlé de la façon dont il a perdu la capacité d’apprécier la beauté de l’art, de la poésie et de la nature elle-même, » à cause de ses recherches sur l’évolution, a dit Timothy Standish. « Alors que Darwin était obsédé par les cruelles insuffisances de la nature, par la souffrance qui existe dans la nature, nous pouvons comprendre cela et savoir que ce n’est pas ainsi que les choses sont censées être, ce n’est pas ainsi que Dieu les a faites… Nous pouvons espérer la nouvelle Création dans laquelle la beauté est restaurée et nous pouvons l’espérer avec une grande anticipation. »

Observé Sans le Monde Entier

Au cours de ses neuf années d’existence, la popularité du Sabbat de la Création s’est accrue. En 2017, la Division de l’Afrique du Centre-Ouest a adopté le programme, d’après Oluwole A. Oyedeji, un des membres du comité du GRI qui travaille également pour l’Agence d’Études Géologique du Nigéria.

Oluwole Oyedeji a indiqué que bien que le programme ait été sporadiquement observé en Afrique de l’Ouest, l’initiative de 2017 a produit des résultats au Nigéria et dans d’autres pays du territoire de l’Église. « Plus de 10000 personnes ont été touchées » par l’observation du Sabbat de la Création, a-t-il indiqué.

« Des vidéos, du matériel et des sermons dédiés à ce thème ont été téléchargés et utilisés ce jour-là dans les différentes églises, » a dit Oluwole Oyedeji. « La suprématie de Dieu dans la création et les processus qui façonnent la terre et nos vies ont été exaltés. Les intervenants ont également utilisé pour exemples l’environnement naturel dans les diverses localitésvoisines telles que l’atmosphère, les collines, les vallées, les rivières, les cascades, les animaux, les oiseaux, les fourmis et d’autres phénomènes naturels. »

De l’autre côté de l’Océan Atlantique, depuis le Nigéria, sur l’île de Porto Rico, les Adventistes du Septième Jour à Mayaguez, la « deuxième ville » de ce territoire américain, se sont retrouvés littéralement dans l’œil du cyclone – en l’occurrence, l’Ouragan Maria en 2017 – quelques semaines avant la célébration. D’après le pasteur Adventiste Marco Terreros, qui est également vice-président académique du Séminaire Théologique Adventiste Inter Américain, cela a amené un changement de lieu pour l’observation du Sabbat de la Création, ils se sont réunis sur le parking de l’église Uno de Mayaguez.

« Même si la structure en briques solides de l’église n’a pas été endommagée » par l’ouragan, a expliqué pasteur Terreros, « comme tous les autres bâtiments, elle a été touchée par une coupure d’électricité, ce qui a signifié absence de lumière ou de climatisation – une situation très fâcheuse vu les températures élevées en général sur l’ile. »

Mais la difficulté de se réunir à l’intérieur n’a pas dissuadé les fidèles : « Malgré tout, il était important d’organiser un service autour du Sabbat de la Création car on comprenait bien que c’est le Créateur qui avait non seulement sauvé la vie de Ses enfants mais continuait à leur accorder une plus grande lumière, celle d’une journée ensoleillée où on peut l’adorer, » a déclaré pasteur Terreros.

Les membres d’église, a-t-il ajouté, ne se sont pas plaint de la gêne occasionnée par l’absence d’électricité, mais ils étaient plutôt reconnaissants d’être en vie et en bonne santé.

« L’élément naturel le plus remarquable sur le parking de l’église où se tenait le culte était l’énorme manguier qui était là, bien conservé et apportant de l’ombre à la plupart des plus de cent membres présents ce jour-là
; ils se sont rassemblés sous son ombre fraîche et ont loué le Créateur pour cette provision, si nécessaire à un moment comme celui-ci, » a déclaré pasteur Terreros.

Alors que l’édition 2018 du Sabbat de la Création approche, Timothy Standish a attiré l’attention sur les nombreuses ressources
disponibles en ligne, notamment des vidéos, des lectures bibliques, des manuscrits de sermon, des histoires pour enfants, des suggestions de cantiques et des lectures interactives. Tout cela peut être téléchargé gratuitement et utilisé par les congrégations et les individus.

Timothy Standish a mis l’accent sur une approche positive de la présentation du message de la création.

« Chaque fois que je vais dans une église, les gens veulent une argumentation apologétique contre le darwinisme et pour le créationnisme, » a-t-il déclaré. « Ce que les gens veulent, ce sont des arguments massue dans des répliques. Ce n’est pas qu’il n’y a aucune valeur dans cette approche apologétique, mais il y a aussi des moments où il est convenable de croire tout simplement. Nous n’avons pas besoin de nous disputer tout le temps. »

Il a ajouté : « Nous n’avons pas toutes les réponses, mais nous avons des réponses extraordinairement bonnes aux questions vraiment fondamentales. Il ne s’agit pas simplement de discuter, il s’agit de vivre nos vies tout en embrassant la vision biblique du monde, qui est si belle et si merveilleuse, que cela vaut la peine de mettre intentionnellement de côté du temps pour elle. C’est ce pour quoi notre Créateur a mis de côté les heures de sabbat. »

Traduction: Patrick Luciathe

Exprimez vous !

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.