Parlons du suicide et d’autres problèmes mentaux

Melissa J. Pereau a une passion : aider les gens qui sont à un moment critique de leur vie, ce qui explique pourquoi la psychiatre passe ses journées à travailler avec des patients qui pensent à ou qui ont tenté de se suicider. En tant que directrice médicale et psychiatre au Centre de Médecine Comportementale de l’Université de Loma Linda, Melissa Pereau est quotidiennement confrontée aux réalités du suicide et à la façon dont le sujet – et d’autres sujets liés à la santé mentale – affecte quelque part chaque communauté.

Malgré la prévalence des problèmes de santé mentale, les tentatives de discussion sont souvent repoussées en raison du caractère sensible qu’ont ces questions. Bien que les récents suicides très médiatisés aux États-Unis aient suscité des questions qui ont incité les gens à s’attaquer directement au problème, le problème est bien plus vaste. Le taux de suicide aux États-Unis a augmenté de 30 pourcent depuis le milieu des années 1990, selon les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies. En moyenne, il y a 123 suicides par jour aux États-Unis, selon la Fondation Américaine pour la Prévention du Suicide.

Le travail de Melissa Pereau auprès des patients et de leurs groupes de soutien l’a incitée à se faire une porte-parole de la sensibilisation aux questions relatives à la santé mentale. Son travail à l’Université de Loma Linda, une institution Adventiste du Septième Jour à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis, l’a exposée à de nombreuses questions venant des patients, de leurs amis et de leurs familles à propos de la santé mentale et du suicide. Melissa Pereau s’est assise pour une interview au cours de laquelle elle a discuté des problèmes de santé mentale, y compris la recherche de soutien, d’aide et d’outils pour faire face. Voici quelques extraits de l’entrevue.

Comment un ami ou un membre de la famille d’une personne souffrant de problèmes de santé mentale devrait-il aborder la conversation d’une façon qui ne soit pas préjudiciable ?

Assurez-vous de ne pas approcher la personne avec un esprit de jugement. Entrez dans la conversation en étant prêt à montrer vos vulnérabilités et vos faiblesses. Avoir une démarche empreinte d’amour et d’attention peut vous aider à mieux aborder le sujet des pensées suicidaires ou des sentiments de dépression ou d’anxiété.

Si quelqu’un fait en sorte de ne pas consulter un médecin parce qu’il croit qu’il va vraisemblablement recevoir un diagnostic, comment peut-il atténuer la peur de se voir coller une étiquette ?

Le fait que quelqu’un ne veuille pas voir un professionnel de santé mentale parce qu’il a peur de recevoir l’étiquette de « maladie mentale » peut se comprendre, mais cela n’aide pas la racine du problème. Le problème est le même lorsqu’on refuse de consulter un médecin de peur de se voir appliquer l’étiquette de diabétique. Cela signifie que vous souffrez tout de même de la maladie. Cela signifie que vous avez besoin d’aide, et qu’il est important que vous obteniez l’aide dont vous avez besoin.

Qu’en est-il lorsque la situation d’un individu contribue grandement à sa douleur émotionnelle ? Comment peut-il savoir ce qui est causé par sa situation et ce qui est dû à une maladie mentale sous-jacente ?

Les circonstances de la vie peuvent certainement contribuer aux pensées suicidaires, et une personne peut être piégée et isolée par ces circonstances. Avoir du soutien et avoir des personnes vers qui on peut se tourner est plus important que toute autre chose dans ces situations. Ne pas être seul peut aider dans les deux cas de figure, qu’il s’agisse de maladie mentale ou de circonstances de la vie.

Y a-t-il des mots ou des phrases que vous conseilleriez aux gens d’éviter lorsqu’ils parlent de santé mentale ?

Il est important d’éviter les choses qui dramatisent la maladie mentale, la santé mentale, les détails du suicide ou les détails de la maladie. Ces choses peuvent être des éléments très déclencheurs. Demandez plutôt ce avec quoi la personne est en train de lutter ou ce qui cause sa souffrance. Ces questions offrent beaucoup plus de réconfort que le fait d’entrer dans des détails spécifiques.

Qu’est-ce qu’une évaluation de santé mentale ?

Une évaluation peut être faite par divers professionnels ; elle considère les facteurs de stress présents et les moyens de traiter ces facteurs de stress. Parfois, elle se penche sur des expériences vécues précédemment, mais elle examine souvent les expériences de tous les jours, et à quelle distance vous vous trouvez de votre repère idéal. Vous pouvez parler à un psychiatre, un psychologue, une assistante sociale, un conseiller, ou même à votre médecin traitant.

Les patients devraient-ils craindre que les antidépresseurs ou les médicaments psychiatriques ne les transforment en tant qu’individus ?

L’objectif des médicaments qui traitent la maladie mentale n’est pas de vous transformer en une personne différente. Leur rôle est de vous aider à redevenir qui vous étiez avant que la maladie n’apparaisse. Souvent, les gens ont peur de donner suffisamment de temps au médicament pour qu’il agisse. Certains antidépresseurs peuvent prendre jusqu’à six semaines ou plus avant d’avoir un effet, alors parlez à votre médecin pour savoir ce à quoi vous devriez vous attendre.

Est-il préférable pour une personne souffrant d’une maladie mentale d’être traitée par des médicaments ou par une thérapie ?

La meilleure stratégie de gestion implique l’utilisation de médicaments en combinaison avec la relation d’aide et des thérapies. Cette approche de la « personne dans son intégralité » agit de telle sorte que vous parveniez à la racine du problème et que l’équilibre chimique soit restauré dans le cerveau.

Comment une personne peut-elle même commencer à faire face au suicide d’un être cher ?

Restez en contact avec d’autres personnes, soit en vous joignant à un groupe de soutien [ou] à un petit groupe de personnes en qui vous avez confiance. Il y aura souvent une tendance à s’éloigner des autres, mais sans distractions, vous êtes plus susceptible de déclencher des souvenirs douloureux de la perte. Travailler à adopter des habitudes alimentaires saines et régulières et essayer de faire de l’exercice physique et de vous accorder suffisamment de repos, ce qui dans les deux cas peut aider à soulager la douleur.

Traduction: Patrick Luciathe

Exprimez vous !

*