Haïti: Trois jours autour de la Liberté religieuse

Liberté Religieuse en Haïti

Quand la liberté religieuse réunit toutes les religions
Le Nouvelliste | Publié le : 26 février 2014
 Réunir pendant trois jours tous les secteurs de la vie religieuse haïtienne en congrès autour d’un même thème « La liberté religieuse », c’est l’exploit qu’a réussi l’Union de mission des adventistes du septième jour du 20 au 22 février dans trois communes de la région métropolitaine. Et le moins que l’on puisse dire, les fructueux débats qui ont émaillé ce congrès indiquent quelque chose.
Vodouisants, protestants adventistes, armée du salut…réunis en congrès, c’était du jamais vu en Haïti, voire inespéré. Pourtant, ils étaient tous là autour de la même table du jeudi 20 au samedi 22 février à l’initiative de l’Union de mission des adventistes du septième jour, en vue d’approfondir le même thème : « La liberté religieuse, un droit à protéger ». A l’hôtel El Rancho où s’est donné jeudi le coup d’envoi de ce congrès l’accent a été mis sur l’importance de la liberté religieuse dans la vie de la communauté. Pour introduire le congrès, le président de l’Union des adventistes, Théart Mathias Saint-Pierre, s’est référé à l’article 18 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, pour souligner combien la liberté religieuse fait partie des droits fondamentaux de l’homme. La mairesse de Pétion-Ville, la ville siège du lancement du congrès, Yvanka Jolicoeur Brutus, a accueilli avec émotion les participants à ce premier congrès : « C’est avec un sentiment très profond et une grande fierté qu’en ma qualité de maire de Pétion-Ville, je vous souhaite : « Bienvenue dans ma ville ». Dans le carton qui m’a été adressé j’ai retenu une phrase :  » La liberté religieuse, un droit à protéger ». A elle seule, cette phrase résume le contexte dans lequel le congrès va se dérouler ». Avant de conclure:  » Je vous exhorte à faire de cette liberté votre cheval de bataille en invitant vos fidèles au respect de l’un et de l’autre ».
« La liberté religieuse est un acquis constitutionnel dont le ministère des Cultes est le gardien », a pour sa part déclaré le responsable de Communication à la direction des Cultes, Evans Souffrant, intervenant au nom de M. Garry Guyto qui assure la direction des Cultes au ministères des Affaires étrangères et des Cultes. « L’exercice de la foi revêt une importance capitale car c’est par elle que s’affermit l’âme d’un individu ainsi que celle de la nation. Un peuple qui a une vie spirituelle riche et intense est à l’abri des divisions, a, pour sa part, déclaré la ministre des Droits de l’homme et de la Lutte contre la pauvreté, Marie Carmelle Rose Anne Auguste, avant de souhaiter que le congrès puisse déboucher sur une société plus tolérante et moins divisée. Le 21, vodouisants, adventistes, armée du salut, protestants…. ont tous pu s’exprimer lors des ateliers de travail réalisés sur le campus de l’Université adventiste de Diquini.
Assis à la même table et après de fructueux débats, ils ont débouché sur une déclaration commune qu’ils considèrent comme la résolution de ce premier congrès autour de la liberté religieuse : Liberté-Égalité-Fraternité République d’Haïti Vu l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme; Vu la Convention américaine relative aux droits de l’homme en son article 12 sur la liberté de conscience et de religion, et son article 13 sur la liberté de Pensée et d’expression; Vu l’article 30 de la Constitution haïtienne de 1987 amendée le 9 mai 2011; Considérant le vote du comité de l’Union de mission des adventistes du septième Jour d’Haïti, en sa session de fin d’année 2013 autorisant le Département de liberté religieuse à organiser un congrès de la lIberté religieuse;
Considérant les invitations lancées à toutes les religions fonctionnant dans le pays, particulièrement le secteur protestant à travers ses différentes missions et églises, l’Eglise catholique et le culte vodou; Considérant la tenue du congrès de la liberté religieuse sur le thème « la LIberté religieuse, un droit à protéger », du 20 au 22 février 2014 respectivement d’abord à l’hôtel El Rancho de Pétion-Ville pour le cocktail inaugural, ensuite à l’auditorium de l’Université adventiste d’Haïti (UNAH) à Diquini, Carrefour, pour des conférences-débats, des travaux en atelier, un concert et pour le Culte du samedi, et enfin à l’auditorium de la Bible du Champ de Mars, Port-au-Prince! pour le festival de clôture; Considérant les rapports des travaux en ateliers sur les thématiques: liberté religieuse et promotion de la paix, liberté religieuse et développement, nécessité d’une association haïtienne de liberté religieuse, nécessité d’une loi sur la liberté religieuse, état actuel de la protection de la liberté religieuse en Haïti, Résolution: 1- Le congrès de la liberté religieuse se réjouit de la liberté religieuse dont bénéficient tous les cultes, religions et communautés de foi sur le territoire d’Haïti. 2- Le Congrès reconnaît les efforts des pouvoirs publics et des organisations de la société civile pour la sauvegarde des acquis.et la protection de la liberté religieuse. 3- Le congrès en appelle aux autorités des trois pouvoirs de l’Etat pour ne pas céder à la tentation de l’union de l’Eglise et de l’Etat, si infime soit-elle. 4- Le congrès renouvelle les engagements des participants à faire de leur mieux pour que leurs religions et confessions respectives fassent la promotion de la liberté religieuse comme un droit à protéger. 5- Le congrès condamne et souhaite qu’il ne se produise plus jamais aucun acte d’intolérance, de discrimination ou de violence dirigé dans le passé contre des individus ou des groupes en raison de leur religion ou croyance. 6- Le congrès exprime sa solidarité envers tous les peuples, groupes et individus victimes de violations de la liberté religieuse à travers le monde. 7-
Le congrès recommande la formation d’une association haïtienne de la liberté religieuse regroupant des experts, des militants et des représentants religieux de liberté religieuse de toutes croyances. 8- Le congrès recommande aussi que les religions se mettent ensemble pour négocier avec l’Etat haïtien l’adoption d’une Journée nationale de la liberté religieuse.
Fait à l’auditorium de l’UNAH, Diquini, commune de Carrefour et donné à l’auditorium adventiste de la Bible, Champ de Mars, Port-au-Prince le samedi 22 février 2014, an 210e de l’indépendance.
Enock Nere enocknere@lenouvelliste.com

Exprimez vous !

*