Dans le nord de la Colombie, des églises adventistes ont recueilli des fonds pour aider les migrants vénézuéliens.

Le 11 avril 2019 | Medellín, Colombie | Daniela Arrieta/Nouvelles de la DIA

Impatients d’aider les milliers de Vénézuéliens nouvellement arrivés en Colombie, plusieurs églises adventistes du septième jour de Rionegro, dans l’état d’Antioquia, au nord de la Colombie, ont récemment organisé un dîner avec les propriétaires d’entreprises locales et les politiciens locaux afin de recueillir des fonds pour venir en aide aux nombreux migrants qui ont besoin de soins médicaux et de nourriture.

Plus de 75 invités étaient attroupés dans le restaurant El Porton Llanero pour assister à un programme musical, déguster des plats vénézuéliens et saisir l’occasion d’aider des milliers de personnes dans le besoin.

« Nous voulions organiser ce dîner de solidarité, car dans notre district, nous avons vu de nos propres yeux la migration vénézuélienne et toutes les difficultés qui l’accompagnent. De plus, nous avons reconnu que notre appel, en tant que chrétiens, nous oblige à transformer notre empathie en actions concrètes de bonté envers eux », a dit Kevin Mendoza Gutiérrez, pasteur du district et organisateur de l’événement.

Lors de l’événement, plus de 1 000 dollars américains ont été recueillis et seront remis à l’Agence de développement et de secours (ADRA) de la Colombie, qui aide les familles de migrants vénézuéliens dans les villes de Bucaramanga et de Medellín depuis septembre dernier. Les fonds serviront également à soutenir un projet local d’ADRA à Cucuta, ville colombienne à la frontière du Venezuela, où des repas chauds sont servis une fois par semaine aux migrants vénézuéliens.

Un plat qui représente bien la cuisine vénézuélienne a été servi lors du dîner de collecte de fonds. Photo : Union nord-colombienne

« Comme j’ai été témoin du merveilleux travail d’ADRA à certains endroits stratégiques de la Colombie, nous avons voulu nous impliquer afin de faire avancer la cause », a dit le pasteur Mendoza.

L’activité a motivé de nombreux membres des églises adventistes Carmen de Viboral, La Ceja et Guarne à participer au projet de collecte de fonds. « Toutes les personnes impliquées, notamment les responsables du repas, de la publicité et du budget, étaient tellement enthousiastes de prendre part à l’organisation de l’événement. »

Maria Gabriela Huerta a dit aux gens rassemblés lors du programme qu’elle avait quitté le Venezuela environ un an auparavant pour s’installer en Colombie à cause de la situation sociale, économique et politique de son pays. Elle a remercié l’Église adventiste pour sa belle initiative.

« C’est une magnifique initiative que vous avez prise, une très belle attention qui nous aide réellement dans ces moments où nous avons besoin de tellement de soutien. »

Le Pasteur Joel Jaimes, président de la Fédération du sud-ouest de la Colombie, offre une prière pour conclure cet événement à Rionegro. Photo : Union nord-colombienne

D’après les statistiques gouvernementales, quelque 77 000 Vénézuéliens, sans compter les migrants sans papiers, cherchent à s’établir en Antioquia. Et selon les dirigeants des églises locales, les églises adventistes d’Antioquia ont formé un réseau collaboratif de soutien et de renseignement pour diriger les Vénézuéliens qui cherchent du travail et de l’aide sous toutes ses formes.

Un artiste bien connu a été mis au courant du dîner de collecte de fonds et a offert de donner l’une de ses peintures. Il a également contacté d’autres artistes et suggéré à l’Église d’organiser un plus gros événement où 50 œuvres seraient offertes pour contribuer au travail d’ADRA Colombie qui consiste à aider les migrants vénézuéliens.

Le pasteur Joel Jaimes, président de la Fédération des églises de la région du sud-ouest, a clôturé le dîner de collecte de fonds avec une prière et un appel envers les convives à continuer d’aider les nombreux Vénézuéliens dans le besoin.

Pour en apprendre davantage sur l’Église adventiste du septième jour nord-colombienne, veuillez visiter le unioncolombiana.org.

Traduction : Marie-Michèle Robitaille

Exprimez vous !

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.