Liberté Religieuse: Initiative du président Obama

06 juin 2013, Silver Spring, Maryland, United States
Elizabeth Lechleitner/ANN
Cette semaine, l’Eglise Adventiste du 7ème Jour en Amérique du Nord, a rejoint les douzaines d’organisations du secteur privé, qui ont pris l’engagement d’apporter leur soutien au président américain, Barack Obama, pour son initiative visant à augmenter la compréhension vis-à-vis  de la santé mentale, à l’échelle nationale.
Ce lundi, au cours d’une conférence dans la salle Est de la Maison Blanche, à Washington D. C., le président Obama a applaudi l’engagement public pris par les communautés religieuses et autres groupes pour aider à sensibiliser les gens en ce qui concerne la santé mentale.
Katia Reinert, qui représentait l’Eglise à la conférence nationale sur la santé mentale, a déclaré que c’était là l’occasion de construire un partenariat avec des groupes partageant les mêmes opinions et que c’était une opportunité pour constituer un arsenal de ressources sur la santé mentale ainsi  que de partager l’approche unique de l’Eglise en ce qui concerne la santé.
« Tout au long de son histoire, l’Eglise Adventiste a toujours considéré les gens d’un point de vue holistique, associant la santé mentale et physique à la santé spirituelle, » a-t-elle déclaré.
« Pouvoir apporter cette perspective aux autres communautés religieuses en leur laissant savoir que les adventistes se préoccupent de la santé mentale et ont des ministères de convalescence et de soutien actifs, est significatif, » a déclaré Katia Reinert, qui est responsable du département santé au sein de la Division Nord-Américaine.
En Février dernier, l’Eglise a lancé le Ministère de la Convalescence, une voie menant à la guérison pour ceux qui se battent contre la dépendance et les comportements compulsifs. Ce programme en 12 étapes, est un des sujets clés du sommet national de santé, prévu l’année prochaine. Cet événement d’une semaine proposera également des formations liées aux premiers soins à apporter en cas de maladie mentale, la convalescence suite à une dépression et l’optimisation du potentiel cérébral, a ajouté Reinert.
Les plans additionnels de l’Eglise en ce qui concerne son engagement public et qui  ont été présentés à la Maison Blanche, se présentent comme suit :
Mois de Février 2014 consacré à la sensibilisation par rapport à la santé mentale.
Le numéro de « Vibrant Life » de Février 2014 entièrement consacré à la santé mentale.
Le sabbat de la santé du 15 Février 2015 consacré à la sensibilisation par rapport aux maladies mentales et les 5400 adventistes de la Division Nord-Américaine seront encouragés à promouvoir la sensibilisation au sein de leurs congrégations et de la communauté.
Planifier une conférence nationale sur la santé mentale avec le soutien d’ « Adventist Health Care » en 2015.
Publier un recueil de prière à l’intention des jeunes, axé sur la santé émotionnelle et mentale, en 2015.
Une commission d’étude mise sur pied par le département santé de la Division Nord-Américaine supervise ces efforts. Un appel a été lancé à ceux travaillant dans le système hospitalier adventiste, à ceux travaillant dans les institutions liées à la santé mentale, à ceux travaillant au sein des institution éducatives et de recherches, aux ministères de soutien et aux maisons d’éditions.
Les efforts de l’Eglise s’inscrivent dans ce que l’administration d’Obama qualifie de « conversation nationale au sujet des maladies mentales ». Un dialogue continu aidera à enlever tous les préjugés associés aux maladies mentales et aidera à améliorer les soins de santé dans ce domaine pour ceux qui sont touchés par cela, tout particulièrement les vétérans et les étudiants, selon un communiqué de presse émanant du Bureau des Communications de la Maison Blanche.
Reinert déclare qu’elle espère que cette conversation inspirera les adventistes à apporter leur soutien et leur amitié à l’Eglise et aux membres de la communauté souffrant de maladie mentale.  Elle souhaiterait également voir les églises adventistes opérer comme des centres de guérison et d’espoir au sein de la communauté.
« Plusieurs de nos membres ont peur de sortir des murs de l’église pour se mêler aux autres, mais en allant vers les autres nous formons des partenariats valant leur pesant d’or et nous bénéficions des perspectives et des ressources qu’ils peuvent nous apporter, et en même temps nous pouvons partager ce que nous savons, ayant ainsi un impact sur nos communautés, » a-t-elle ajouté.
« Nous avons là une occasion inespérée pour avancer. »

Exprimez vous !

*