En Inter Amérique, les laïcs sont encouragés à travailler, à servir et à vivre comme Jésus

23 Août 2019 | Nassau, les Bahamas | Marcos Paseggi pour le pôle Informations de la Division Inter Américaine

Le premier principe qui inspire le service est de ressembler à Jésus, a déclaré l’entrepreneur adventiste, Zuki Mxoli, lors de son intervention faite à la convention 2019 des Adventistes Laïcs des Services et Industries de l’Inter Amérique (ASi-DIA) à Nassau, aux Bahamas, le 21 aout. « Servir comme Jésus a servi, vivre comme Jésus a vécu. C’est là notre objectif. » Zuki Mxoli, intervenant invité, qui dirige avec succès un cabinet d’architecture et de construction en Afrique du Sud, est l’un des nombreux orateurs de sessions plénières qui cherchent à former, encourager et inspirer des laïcs adventistes venus de plus de 16 pays pour participer au programme.

Comment Servir Comme Jésus

Malgré la diversité de leurs parcours et de leurs domaines d’expertise, la plupart des présentateurs sont, chose remarquable, d’un même accord quant à l’objectif ultime. Pour Zuki Mxoli, c’est presque une manière d’exprimer l’évidence. Toute tentative de servir devrait être basée sur l’objectif d’être comme Jésus, a-t-il déclaré. Et c’est une prémisse, a souligné Zuki Mxoli, qui change toute notre approche et ce sur quoi nous mettons l’emphase dans notre vie. S’appuyant sur le thème de la convention « Raviver l’Esprit de Service, » il a rappelé : « Raviver l’esprit de service, c’est raviver l’esprit de Jésus, et non pas nous raviver nous-mêmes. L’accent est sur Jésus. »

C’est cet exemple, a dit Zuki Mxoli, qui a conduit Jésus à une vie de service qui l’a même amené à mourir pour ceux-là mêmes qui étaient à l’origine de ses problèmes. « Jésus a tellement aimé l’église qu’il est mort pour l’église, » a souligné Zuki Mxoli.

L’homme d’affaires adventiste Zuki Mxoli a rappelé aux participants à la convention d’ASi Inter-Amérique de cette année, que le premier principe qui inspire le service consiste à ressembler à Jésus. « Servir comme Jésus a servi ; vivre comme Jésus a vécu. C’est là notre objectif, » a-t-il déclaré lors de sa présentation en session plénière à Nassau, aux Bahamas, le 21 août. Photo : Fédération du Sud des Bahamas

Un deuxième principe qui inspire le service, a dit Zuki Mxoli, est d’imiter Jésus en étant désireux de quitter notre zone de confort pour rencontrer les gens là où ils se trouvent. En se basant sur le récit biblique de la rencontre de Jésus avec Zachée, Zuki Mxoli a expliqué que, lorsque Jésus s’est invité à dîner chez Zachée, il disait en fait à Zachée : « Je veux te servir en allant dans ta zone de confort. »

Jésus va à la rencontrer des gens là où ils sont, se mêlant à eux, a rappelé Zuki Mxoli ; et c’est un exemple que nous ferions bien de suivre. « Tout comme Jésus, nous devons dire aux gens : « Peu nous importe d’où vous venez ; ce qui nous intéresse, c’est où vous allez, » a déclaré Zuki Mxoli.

Zuki Mxoli a également souligné que notre service doit commencer et se terminer par notre ordre de marche, qui, selon Matthieu 28 : 18-20, est « de faire des disciples. » « L’un des problèmes auxquels nous sommes confrontés en tant qu’église est que nous continuons à faire des membres mais pas toujours des disciples, », a déclaré Zuki Mxoli. « Mais un disciple est quelqu’un qui servira ; c’est quelqu’un qui n’est pas à l’aise quelque part à moins qu’il ou elle ne serve, » a-t-il expliqué. C’est une approche, a conclu Zuki Mxoli, qui transformera toute notre approche du service. « Nous ne devrions pas accumuler toute la lumière dans une seule pièce. Une fois que nous faisons des disciples, nous devons les envoyer, » a-t-il déclaré.

Comment Vivre Comme Jésus

Dans le même ordre d’idées, Phillip Baptiste, président d’ASi dans la Division Nord-Américaine, a déclaré qu’imiter Jésus entraînera certainement des changements dans notre approche globale du service. « Et si vous désiriez vivre comme Jésus ? Et si c’était votre rêve, votre aspiration, votre désir numéro un ? » a demandé Phillip Baptiste. « Quelle est votre réalisation la plus importante ? Imaginez que [être comme Jésus] soit votre objectif ; à quel point seriez-vous différent ? »

Dans une présentation faite en séance plénière lors de la convention 2019 d’ASI à Nassau, aux Bahamas, le 21 août, le président d’ASi pour la Division Nord-Américaine, Phillip Baptiste, a rappelé aux laïcs adventistes que Jésus a donné, a servi et a aimé de manière inconditionnelle. « Donner, servir et aimer : c’est un exemple que nous ferions bien d’imiter, » a-t-il déclaré. Photo : Fédération du Sud des Bahamas

S’appuyant sur l’histoire biblique de la vie de David, Phillip Baptiste a expliqué qu’être comme Jésus ne signifie pas nécessairement ne pas commettre d’erreurs. « David n’était pas parfait ; il a commis de graves erreurs, mais sa prière était toujours : « Seigneur, je veux être près de toi, » a dit Phillip Baptiste.

Dans le même temps, Phillip Baptiste a invité à la vigilance pour ne pas simplement s’arrêter sur des phrases joliment exprimées, mais qui ne conduisent pas à des changements durables qui transformeront la vie. « Vivre comme Jésus ne consiste pas juste à répéter des phrases qu’on entend tout le temps, mais à vivre comme lui, » a déclaré Phillip Baptiste. « Et comment a vécu Jésus ? » a-t-il demandé à nouveau avant de répondre : « Jésus a donné, servi et aimé inconditionnellement. C’est l’essence même de notre service désintéressé pour le Sauveur. Donner, servir et aimer : c’est un exemple que nous ferions bien d’imiter, » a-t-il dit.

A quoi Ressemble le Service

Au-delà des définitions et des déclarations d’objectifs, de nombreux participants à la convention 2019 d’ASi-DIA sont des preuves vivantes qu’ils appliquent déjà le modèle de service de Jésus.

Richard et Curlean Berry sont des planteurs d’église, comme ils se définissent eux-mêmes, qui se sont installés il y a 26 ans dans les îles Abaco, dans le nord des Bahamas, en tant que missionnaires autonomes. Quand ils sont arrivés, il n’y avait qu’une seule congrégation adventiste sur l’île. Grâce à leurs prières et à leurs efforts, il y a maintenant quatre églises et quelques autres groupes dans la région. Photo: Marcos Paseggi / DIA

Prenez le cas des Berrys, par exemple. Richard et Curlean Berry sont des planteurs d’église, comme ils se définissent eux-mêmes, qui se sont installés il y a 26 ans dans les îles Abaco, dans le nord des Bahamas, en tant que missionnaires autonomes. Quand ils sont arrivés, il n’y avait qu’une seule congrégation adventiste sur l’île. Grâce à leurs prières et à leurs efforts, il y a maintenant quatre églises et quelques autres groupes dans la région.

« C’est notre première participation à une convention ASi, » a dit Curlean Berry. « Nous sommes venus pour être inspirés et encouragés à continuer à faire le travail du Seigneur dans notre lieu de service, » a-t-elle ajouté.

Michael et Rosemarie Walke, de Trinidad et Tobago, participent également pour la première fois à une convention ASi. Les Walkes envisagent de construire le premier centre adventiste de soins et de mode de vie favorisant la guérison à Trinidad. « Après quelques récents problèmes de santé, j’ai réalisé que les gens ne connaissaient tout simplement pas les principes de vie saine, » a expliqué Michael Walk en expliquant les raisons qui avaient motivé l’initiative mise en place par son épouse et lui. « Notre objectif premier est donc éducatif et vise également à promouvoir la santé, » a-t-il déclaré.

En tant qu’organisation non gouvernementale déclarée, les Walkes ont pu déjà obtenir gratuitement 1,6 hectares du domaine public et recherchent maintenant des options de financement supplémentaires.

Michael et Rosemarie Walke, de Trinidad, envisagent de construire le premier centre adventiste de soins et de mode de vie favorisant la guérison sur l’ile. « J’ai réalisé que les gens ne connaissaient tout simplement pas les principes de vie saine, » a expliqué Michael Walk en expliquant les raisons qui avaient motivé l’initiative mise en place par son épouse et lui. « Notre objectif premier est donc éducatif, et vise également à promouvoir la santé. » Photo : Marcos Paseggi / DIA

Rosemarie, enseignante et principale d’école primaire adventiste à la retraite, a expliqué : « Il y a un champ ouvert pour apporter la santé physique et spirituelle aux nécessiteux, » a-t-elle déclaré. « Et nous pensons que c’est ce que le Seigneur nous demande de faire. »

Pour en savoir plus sur la convention d’ASi-DIA de cette année, visitez notre site à l’adresse interamerica.org.

Traduction: Patrick Luciathe

Exprimez vous !

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.