Comment arrêter l’hémorragie dans l’effectif de membres de l’Église adventiste

« Pensez-vous que vous serez toujours un adventiste à 40 ans ? » a demandé le président de la Mission Écossaise, Paul Tompkins, à une jeune de 18 ans, il y a quelques années. « J’espère que je serai toujours adventiste à 40 ans, » a-t-elle répondu, « mais je ne suis pas aussi sûre pour l’année prochaine. »

Paul Tompkins, un des intervenants lors de l’édition 2019 du Sommet sur la Formation et la Fidélisation des membres organisé au siège de l’Église adventiste, a utilisé cet échange, le 7 avril 2019, pour illustrer la manière dont les jeunes considèrent le temps. « Avoir 40 ans semble lointain, » a-t-il dit. « Ils sont plus préoccupés par ici et maintenant. »

Paul Tompkins a déclaré qu’une évaluation des risques dans la région qu’il dessert a permis d’identifier leur risque numéro un : le fait que les enfants et les jeunes adultes n’adoptent pas l’adventisme.

« Pourquoi partent-ils ? » a demandé Paul Tompkins. Répondant à sa propre question, il a dit que même si certaines raisons sont difficiles à exprimer, il y a des choses que n’importe quelle église ou région ecclésiale peut faire pour ralentir et même empêcher ce processus de désengagement. Et des dizaines d’autres dirigeants d’église, qui se sont rencontrés à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis, pour ce programme de trois jours, ont également partagé ce qu’ils faisaient pour inverser la tendance.

Relations Significatives et Formation de Disciples

Plusieurs intervenants ont souligné que le fait de rester à l’église a souvent plus à voir avec les expériences positives vécues dans l’église locale qu’avec des doctrines spécifiques de l’église. « Lorsqu’il s’agit de rester adventiste, l’expérience dans l’église locale est beaucoup plus significative, » a déclaré Paul Tompkins. « Ils ont besoin d’un foyer spirituel auquel ils ont le sentiment d’appartenir. » La question est donc : comment pouvons-nous aider notre église à devenir un foyer spirituel pour les jeunes ?

Paul Tompkins et d’autres pensent qu’un programme intentionnel de formation de disciples peut aider. « Chaque personne devrait suivre un programme d’étude biblique spécifique dès l’âge de 14 ans, » a-t-il déclaré. « Nous avons également besoin de programmes clés destinés aux jeunes âgés de 14 à 17 ans et de groupes de formation de disciples pour ceux âgés de 18 à 25 ans. »

La Division Transeuropéenne, une région de l’Église regroupant 22 pays européens, s’emploie à créer des espaces sûrs où les enfants et les jeunes peuvent dialoguer avec les dirigeants, d’après ce qu’indique sa secrétaire exécutive, Audrey Andersson. « Et nous créons des ressources pour la formation de disciples, le mentorat et la résolution de conflits, » a-t-elle dit.

Certains des efforts les plus récents consistent à faire de l’église locale un lieu de refuge, d’encouragement et de croissance. Ceci est basé en partie sur iCOR, un concept élaboré par le Centre pour l’Évangélisation pour la Jeunesse à l’Université d’Andrews à Berrien Springs, dans le Michigan, aux États-Unis. Selon son site Internet, l’idée principale est de faire en sorte que « l’église soit un refuge sûr offrant protection, médiation, justice et soins et accompagnement sur le long terme. » Dans le même temps, l’initiative cherche à inclure « toutes les générations, toutes les cultures et toutes les classes sociales. »

Pako Mokgwane, directeur adjoint de la jeunesse pour l’Église adventiste, a présenté l’importance d’iCOR dans la fidélisation des jeunes membres. « Dans la plupart des églises locales, la participation est formatée pour les adultes, mais la participation des jeunes aux processus décisionnels, dans le leadership, dans la mission et dans l’adoration renforce le sentiment d’appartenance, » a-t-il déclaré. « iCOR propose dix valeurs qui favorisent des relations saines et des relations saines engendrent des églises en bonne santé qui conservent leurs membres et attirent plus de gens. »

Mise en Commun des Ressources

Les dirigeants d’église ont également indiqué qu’ils mettaient en commun les ressources de divers ministères de l’église pour soutenir les efforts visant à garder les membres – en particulier les jeunes – engagés et impliqués dans la vie de l’église.

« Plusieurs départements de l’église – l’École du Sabbat et les Ministères Personnels, l’Association Pastorale, les Ministères des Femmes – travaillent ensemble avec une emphase placée sur la formation de disciples, » a déclaré le secrétaire exécutif de la Division Inter Américaine (DIA), Leonard Johnson. Le directeur des Ministères Personnels et de l’École du Sabbat de la Division Asie-Pacifique Nord (NSD), Richard Sabouin, a fait un commentaire similaire. « Nous combinons l’assistance des départements des ministères des enfants, de la famille et de l’éducation, » a-t-il déclaré à propos de l’union qui est basée en Corée. « De cette façon, nous couvrons tous les domaines : l’école, le foyer et l’église, » a-t-il souligné.

Selon Lisa Beardsley-Hardy, directrice de l’éducation pour l’Église adventiste, il est logique de faire appel à l’éducation, car l’éducation chrétienne s’est révélée être un puissant moyen pour s’assurer que les jeunes restent à l’église au-delà de leur adolescence. Dans une présentation faite conjointement avec le directeur adjoint de l’éducation, John Wesley Taylor V, Lisa Beardsley-Hardy a expliqué que des recherches démontrent que les élèves qui fréquentent une école adventiste sont beaucoup plus susceptibles d’être baptisés et de rester adventistes du septième jour.

« Ils sont également plus susceptibles d’épouser un adventiste du septième jour et de soutenir financièrement l’Église par la dîme, » a-t-elle déclaré. « L’éducation primaire a le plus grand impact positif, suivie de l’enseignement secondaire puis de l’enseignement supérieur. Plus le nombre d’années passées dans l’éducation adventiste est important, plus grande est la probabilité de devenir et de rester un adventiste du septième jour avec une foi mûre. »

Vérification des Registres de Membres d’Église

Sur un plan plus technique, la plupart des dirigeants d’église estiment qu’un processus minutieux de vérification des registres de membres – le fait d’examiner les registres pour déterminer qui sont les membres actifs, les membres manquants ou les membres décédés – peut avoir un effet positif sur la fidélisation des membres. « Plus les pasteurs auront des informations sur les membres, meilleur sera l’accompagnement pastoral qu’il pourront apporter, » a déclaré le secrétaire exécutif de l’Union de Fédérations du Sud du Brésil, Charles Rampanelli. Le 7 avril, lors d’une séance en groupes, Charles Rampanelli a expliqué le système mis en place par les dirigeants adventistes dans sa région et les résultats qu’ils obtiennent.

Charles Rampanelli a expliqué qu’un comité spécialement nommé dans les églises locales divise les membres en cinq catégories, allant de ceux qui fréquentent régulièrement l’église à ceux qui ont cessé de la fréquenter. C’est quelque chose, a-t-il dit, qui permet aux pasteurs et aux dirigeants locaux de définir le type de service et de soins à apporter à chacun. « Cela peut aussi aider à voir les tendances, » a-t-il ajouté, « et à faire les ajustements nécessaires. »

Impliqués dans la Mission

Au-delà des outils spécifiques, la plupart des dirigeants s’accordent à dire qu’un antidote contre la perte de membres consiste à trouver un endroit où chaque membre peut servir. C’est par exemple une composante forte de l’initiative de la Division de l’Asie Pacifique Nord (NSD), SEEK 2020, qui vise à Rechercher, Encourager, Motiver et Garder les membres a expliqué Richard Sabouin : « Lorsque vous placez les membres en position de servir, il est plus facile pour eux de décider de rester. »

Le président de l’Église adventiste, Ted Wilson, fait la même analyse. « La plus grande vaccination contre l’exode que connait l’église, consiste à impliquer les gens dans tous les aspects de la mission de l’Église, » a-t-il déclaré dans son discours de clôture du programme le 7 avril.

C’est quelque chose qui exige non seulement une vision, mais également une volonté d’adaptation, a déclaré Paul Tompkins, en particulier lorsque les membres reviennent à l’église. « Les gens reviennent souvent avec des vies quelque peu chaotiques, » a-t-il expliqué en racontant l’histoire de Becky, une adolescente adventiste en difficulté, qui, après des années passées loin de l’église, a décidé de revenir.

« Elle a été embrassée et rebaptisée, et a maintenant un ministère pour aider d’autres adolescents en difficulté, » a-t-il déclaré.

Traduction: Patrick Luciathe

Exprimez vous !

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.